MULHOUSE / ALSACE06 62 91 97 43versionxdf.photographie@gmail.com24H/ 7 Mariage - Studio- Haut Rhin - Alsace - Books- Reportage

J’ai testé pour vous: un weekend flovely

Post 1 of 52

Avant propos:

Ce titre fait vachement blogueuse life/make-up girl sans imagination, mais il a le mérite d’être explicite, et puis aussi sans langue de bois. Je ne suis pas sponsorisé et je vais vous parler de ce que j’ai vécu, pensé et ressenti en tant qu’homme célibataire dans un weekend flovely. Du coup, très peu de photos mais je donne des liens après!

Le concept:

Rencontres entre célibataires… dans une villa.
Vous avez peut-être déjà entendu parler à la radio ou dans d’autres médias du concept simple proposé par Flovely?
Il s’agit pour un ou une célibataire de vivre un weekend « all inclusive / tout inclus », avec au programme des rencontres, des jeux d’énigmes, une sortie, repas et boissons, et tout un tas de petits plus comme la piscine privée à volonté, jacuzzi et compagnie.
Pour le/la participant, il y a deux certitudes:
Un weekend confortable et ludique, et être entouré de célibataires.

Moi, dans le concept Flovely:

Quand l’organisatrice m’a contacté et expliqué que je pourrais apprécier d’être dans son prochain weekend flovely, j’ai refusé en bloc « Oublie-moi! » je lui ai répondu. Et pour cause: je situe ma sexytude au niveau de la pomme de terre et puis j’ai tendance à faire une belle rencontre tous les 4 ans, vous voyez le score.
Je ne me voyais pas dans un weekend entouré de célibataires tous musclés ou toutes bimbos m’ignorant allègrement, car même si moi-même je suis attiré par des personnalités autant que par un physique, je sais que la première chose qu’on voit chez quelqu’un, c’est son apparence.
« Je suis dans ma caverne, je vais y rester, » ai-je ajouté.
Elle a répliqué:
« Comme tu veux, tu as deux jours pour réfléchir, vu ce que je connais de toi je pense que tu apprécierais les filles »

Réflexion:

Effectivement j’ai réfléchi. Sortir de ma caverne me semblait vraiment une chose atroce. Mais une autre idée émergeait, un souvenir de plus en plus net: quelques années auparavant, je sortais beaucoup plus, j’osais inviter des femmes à danser, et les rencontres étaient parfois fortes, et même parfois extraordinaires si on juge avec le regard de la majorité des gens.
D’autre part, l’organisatrice n’allait pas me proposer de rencontrer des gens d’un niveau intellectuel et physique proche de la télé-réalité. Peut être que je les aimerais bien.
Peut être que passer un weekend non pas seul avec mes amis mais seul avec des nouvelles têtes réveilleraient le mec que j’étais avant?
Vous vous doutez de la suite: j’ai accepté!

Le point de rencontre:

J’arrive parfaitement à l’heure au point de rencontre, et pourtant ils sont déjà tous là, je suis le dernier. Poignées de mains, bises, présentations minimalistes à base de prénoms.
Première surprise: je m’attendais à des célibataires « sans plus » mais pas du tout. Je vois de jolis visages souriants, des filles soignées et qui ont l’air jolies (et encore je suis pas au bout de mes surprises) . Les types n’ont pas l’air de me jauger comme un « rival » (en même temps que craint-on d’une pomme de terre ?) Ils sont soignés eux aussi.
Je remarque qu’une des filles à l’air d’être timide, mais elle est aussi souriante, et son sourire me plait. « Comment elle s’appelle? » Elle vient de me le dire mais forcément je viens d’encaisser plusieurs prénoms, j’ai déjà tout oublié, sauf le prénom du grand colosse aux yeux bleus qui fait déjà preuve de beaucoup d’humour. Par convention, on l’appellera Daniel ( à cause de Daniel Craig, qui a les yeux de la même couleur).

L’arrivée:

On roule dans les hauteurs en covoiturage, et enfin la villa se dévoile. Le cadre est magnifique, le lieu est entouré de flancs de montagnes verdoyantes. De l’extérieur, le bâtiment est simple, sans prétention et mériterait un rafraîchissement de la peinture, mais dès que la visite commence on apprécie tous la découverte:
Plein de chambres, plein de lits, un salon de jardin de briques et de pierre, barbecue, cuisine équipée, douches un peu partout, transats… et en sous-sol une piscine d’intérieur avec grande véranda, un sauna, un hammam (et encore je ne dis pas tout), une salle de sport, une salle de jeux, des bornes d’arcades, un billard et même d’authentiques flippers .
Tout est propre. On devine que l’eau du jacuzzi est fraîche comme celle de la piscine.
Il y a même la bouée licorne.
La visite est pour moi une première claque:
« Ca va être un superbe break ce weekend! »

Premier soir:

Le repas est un grand apéro, convivial. Le vin est carrément excellent, toutes les papilles semblent aimer. La compagnie est marrante, on rigole bien, et Daniel est un bout-en-train.
Ensuite, pause de l’apéro: on doit inaugurer le jacuzzi!
Deuxième claque: Je vois les filles en maillot de bain: « Mais elles sont miam, c’est fou! » (ndlr: être « miam » signifie qu’on a envie de goûter).
A ce moment là, je me dis que vraiment, j’ai bien fait d’accepter: ce sont juste des jolies filles en maillot de bain, mais c’est déjà un plaisir.
Pour des mecs qui vivent dans le sud de la France c’est sûrement banal, mais dans la vie d’un mulhousien qui ne fréquente pas les piscines municipales, c’est rare.
Je remarque que la fille timide, que nous appellerons par convention Isabelle (car Isabelle a les yeux bleus) n’est pas là.
Les filles qui sont là ont joué le jeu et sont allées dans le jacuzzi avec nous.
Par convention on les appellera Boucles d’Or (car elle a des cheveux bouclés magnifiques, Juliette (parce que Juliette doit avoir un Roméo…) et Lucie parce qu’elle a de beaux yeux noisettes grands et brillants, et comme elles sont carrément belles, il fallait des noms qui envoient . On discute un peu mais le bruit des bulles parasite les dialogues (problème de riche, le jacuzzi à fond ça fait du bruit, je parlerai de ça quand je devrai m’incruster dans la jet-set un jour).
Au bout d’une heure ou deux, on quitte le sous-sol pour remonter au jardin: l’organisatrice va nous laisser seuls comme des grands et elle veut nous donner les énigmes que nous devrons résoudre avant 14h le samedi, afin de savoir où nous irons pour l’activité mystère.
On continue l’apéro, on joue à un jeu de société qui dévoile encore un peu plus nos personnalités et notre vivacité, puis on se jette sur les boites à énigmes.
Je deviens électrique, il s’agit de rébus et de cryptogrammes et je suis à fond dans le jeu. On résout peu à peu les énigmes, puis je bloque sur un codage qui à l’air tout bête mais sans le savoir je me trompe de lettres dans le décodage et donc mon message ne veut rien dire.
Je déclare « y’a des doublons, sûrement des consonnes comme des T ou des L ».
Encore une claque : Là, Isabelle lit le message en le décodant presque directement comme si elle lisait une langue natale. Elle ne s’est pas trompée dans les correspondances, au contraire de moi. A ce moment là j’ai senti qu’Isabelle allait clairement m’intéresser. Je dois être un peu sapiophile. Ou alors j’ai juste trouvé l’excuse pour me sentir attiré par une fille qui me plaisait au départ?

Samedi Matin:

Réveil dans les rires des autres qui sont déjà au petit-déjeuner. Je me lave, m’habille et les rejoins.
Daniel est encore dans ses délires, en joute verbale avec Boucles d’Or et Juliette et tout le monde, d’ailleurs. Un des garçons propose une randonnée après le petit-déj. Du coup, on l’appellera Valentin (Parce que. Ne cherchez aucun rapport).
Tout le monde est partant, sauf moi qui préfère me réveiller en douceur et faire des photos de la villa, je reste donc ici.
Il partent tous et je m’amuse à photographier le salon, les forêts qui nous entourent et la piscine mais bon, une piscine sans personne dedans c’est inutile.
Je fais quelques parties de flipper. Plaisir suprême et rare, ces objets ont disparu de presque tous les bistrots, c’est un privilège d’y jouer, et je sais que mes potes me tueront avec rapidité et violence extrême si je leur raconte que je n’ai pas testé les deux, c’est donc aussi sous la contrainte que je joue (contrainte de luxe, j’avoue).
Plus tard, je découvre Isabelle dans le jardin, avec les petits yeux embués qui trahissent le réveil en mode automatique.
Elle voudrait du chocolat chaud, mais il n’y en a pas.
J’en profite pour discuter avec elle, content d’être seul à ses côtés car je n’aime pas faire connaissance devant tout le monde… mais évidemment c’est à ce moment là que les randonneurs reviennent.
Il est presque midi.
Daniel et Valentin prennent d’assaut la cuisine, et je discute encore un peu avant de mettre la table.
Je suis étonné que les filles ne fassent pas plus les curieuses, y’a quand même deux sportifs en cuisine. Daniel est torse nu. Enfin, elle sont sûrement en train d’observer discrètement.

Activité extérieure:

De la luge d’été. Le cadre est superbe, forcément, et le jeu amuse tout le monde. Moi-même je n’aime pas la hauteur et pourtant je tente le coup. Après un premier tout assez comique avec Valentin, je cède ma seconde place au reste du groupe. Daniel et Isabelle se provoquent en duel: au prochain tour, on sait que les freins ne serviront pas une seule fois.
Lucie cherche une excuse pour s’offrir une glace. Galant, je vole à son secours et l’informe qu’il est important de s’hydrater (avec une crème glacée, tout-à-fait! ).
Un bon point pour l’organisation du weekend, on a autant d’activités que de libertés, et on en profite pour prolonger la sortie avec une balade près d’un lac.

Au retour, je croise Isabelle dans les escaliers, en recherche d’explication au sujet d’une des chambres. Elle est fermée à clé, ce qui a fait naître des rumeurs au sujet d’une chambre des secrets. On se retrouve à essayer de localiser une fenêtre à cette chambre mystérieuse. J’apprécie encore plus cette fille dans ce jeu de gosse et j’aimerais bien qu’elle profite avec nous de la piscine C’est agréable de discuter les pieds dans l’eau… Peut être que j’ai envie de la voir en maillot aussi… elle doit être très miam.
Elle accepte. Youpi.

Alors qu’ils doivent tous être à l’apéro, je profite de la piscine, puis du jacuzzi. Je reste un temps mémorable seul dans les bulles. Je réalise à ce moment là à quel point ce weekend me fait du bien.
« Il faudrait un véritable article là-dessus, me dis-je. Un article qui expose vraiment ce que je peux ressentir en tant qu’homme célibataire dans un tel weekend. Ce qui me plairait, c’est de lire un article où le mec dit vraiment ce qu’il pense ».
« Mais bon, pour ça je devrais parler d’Isabelle et me dévoiler… « . L’idée m’intimide, mais aussitôt je me dis qu’elle n’aurait pas de raison de mal le prendre.
Et puis elle a déjà sûrement compris que je m’intéressais à elle. Ou peut être que je suis trop discret?
Une voix m’appelle. Nan, cher lecteur, ce n’est pas Isabelle. On vient juste s’assurer que je ne me noie pas dans le bain et l’on m’annonce que tout le monde m’attend.
Ca aurait été top pour le suspense narratif mais j’ai dit que j’dirais la vérité.

Barbecue:

Flovely a misé sur la qualité des viandes. Daniel gère le barbecue, et c’est reparti pour un repas joyeux. On a même la visite d’un King Charles solitaire. Il reçoit évidemment tous les câlins des filles (le veinard!) et elles repèrent sa balise GPS. Elles contactent le proprio, un retraité sympa qui récupère « Lolo » le fugueur.
Je tombe de fatigue vers 23 heures.

La nuit:

Des gens qui s’éclatent, ça donne du chahut et des filles qui hurlent de rire la moitié de la nuit.
J’entends Daniel qui chasse le fantôme de cette ***** de chambre 9, mais je suis trop fatigué pour me lever.
Ils me réveillent encore plus tard dans la nuit.
En zombie, j’ouvre la porte de ma chambre et leur braille un truc à peu près cohérent du genre « Vous pouvez hurler autant que vous voulez mais fermez la porte! »
Je vois qu’Isabelle est là. C’est elle qui hurle de rire.
J’aimerais les rejoindre mais tout mon corps tourne les talons. « Véto mec! T’es vif comme un caillou et moi je veux recharger les batteries ».

Dernier jour:

Je fais des photos de Juliette et Valentin qui jouent à la pétanque sous le doux flot de vannes de Daniel.
Je sais déjà que cette bonne ambiance va me manquer.
Je file à la piscine.
Lors du petit-déjeuner, j’ai appris qu’Isabelle y est allée à 4 heures du mat. -_-

Midi:

L’organisatrice arrive pour le dernier repas. Elle a refusé de rester à chaque fois qu’on l’invitait à nous rejoindre mais je comprends à présent que son absence était nécessaire pour que les participants soient obligés de faire connaissance et de briser la glace sans se raccrocher à elle.

Retour aux voitures:

On charge les voitures de toutes nos affaires et échangeons nos numéros avant de repartir tous de notre côté.
Je suis le dernier à partir avec Valentin.
« Y’a une fille qui te plait? » me demande-t-il.
– Oui. Mais je préfère ne pas en parler.
– Je comprends, je suis pareil..
Je le regarde.
– Ce serait pas *** ?
Il a les yeux cachés par ses lunettes de soleil mais je devine que j’ai touché le bateau.
-Oui!

BILAN pour ceux qui hésitent:

Y’a beaucoup de points positifs:

Une totale rupture du quotidien
Rencontrer des célibataires
Plaisirs gustatifs
Les énigmes: assez dures pour réfléchir un peu sans y passer le weekend
Le cadre
La propreté

Les moins:

Isa n’a pas eu son chocolat chaud!
J’ai pris au moins douze douches en 48 heures, mais c’est le jeu quand on veut squatter la piscine tout le temps.
Les joies de la nature comme les insectes qui piquent
Le temps passe trop vite quand on s’amuse

Pour tout ce que j’ai vécu objectivement et subjectivement, j’affirme que le prix du week end est doux. Quand on compare à une destination d’un week end avec une chambre d’hôtel et juste le petit déjeuner compris, cette formule « all inclusive / tout compris » flovely est vraiment une belle manière non seulement de faire un vrai break pour soi-même, mais aussi le plaisir de rencontrer des gens… célibataires!

Quant à Isabelle, j’ai son numéro et je crois que je devrais l’utiliser, au moins pour être honnête avec moi-même. Je ne savais pas quoi lui écrire mais je crois que je vais lui parler d’un certain article…

Pour les curieux de photos voyez la page FB de flovely : https://www.facebook.com/flovely.fr/

Pour les autres le site de flovely: https://www.flovely.fr/

, , , , , , ,

.
Menu